Du lundi 4 au samedi 30 juin 2018 (vernissage lundi 11 juin à partir de 19h), exposition photographique « DANSE TA VIE » d’Orélie Grimaldi et de Duc Truong, dans le cadre des 15 ans d’Entrez dans la danse (Paris 12e)

DANSE TA VIE, exposition photographique d’Orélie Grimaldi et de Duc Truong dans le cadre des 15 ans d’Entrez dans la danse, Fête de la danse

           

EXPOSITION DANSE TA VIE !

Du lundi 4  au  samedi 30 juin 2018

Vernissage le lundi 11 juin 2018 à partir de 19h et jusqu’à 22h

Centre Paris Anim’Bercy – 51, rue François Truffaut 75012 Paris – Métro : Cour Saint-Emilion

Soyez nombreux-ses au vernissage !!!

Pour les 15 ans du festival Entrez dans la danse, Fête de la Danse, Mouvance d’Arts propose sa deuxième exposition photographique DANSE TA VIE ! qui témoigne de la vitalité et du foisonnement des formes chorégraphiques présentées tous les 1ers dimanche de juin en plein air depuis 2004.

Nous accueillerons les travaux de deux de nos photographes fidèles : Orélie Grimaldi et Duc Truong qui ont développé une véritable passion pour la photographie de danse.

Ils ont été nombreux à venir photographier l’événement durant les 15 dernières années et comme, il faut toujours trancher, je les ai choisis pour leur fougue et leur engagement envers la danse et envers la photographie. Chaque fois que je les vois parler de photos de danse, je vois leurs regards pétillés et ils se mettent à échanger avec chaleur et conviction.

Cette exposition témoigne de la culture chorégraphique et garde une trace de cet art éphémère.

Elle saisit un instant suspendu, une expression fugitive, un mouvement qui commence avant et se poursuit après. C’est précieux, et on ne le dit pas assez, nous, responsables de festivals ou de salles ou encore, danseurs et chorégraphes.

Nous espérons que cette exposition vous réjouira et que vous serez nombreux au vernissage le jeudi  11 juin 2018 !

Valérie Gros-Dubois – Directrice artistique d’Entrez dans la danse, Fête de la danse

Présentation des deux photographes

Depuis ces 15 dernières années, beaucoup de photographes ont évolué sur l’événement Entrez dans la danse, Fête de la danse et ont photographié beaucoup de danseurs, et chorégraphes dans la diversité de leur art.

Pour l’anniversaire des 15 ans de notre manifestation, nous nous proposons de vous offrir le regard que posent deux de ces photographes sur les corps dansants et leurs expressions lors de l’exposition « Danse ta vie ! ».

  • Orélie GRIMALDI :

QUELQUES DATES CLEFS…

https://3.bp.blogspot.com/-BsAdm7LQCpA/Wx0CSA6btHI/AAAAAAAAJ6o/fuZZO42evCwa1ts1TyE6Hsfr62tvyuOrwCLcBGAs/s320/Or%25C3%25A9lie.jpeg

« 1977, née à Paris dans le 15e de parents architectes.

Avec ma sœur, de trois ans, mon aînée, nous baignons depuis l’enfance dans l’art, les musées, les expositions, les galeries. Après des études de Lettres supérieures, de Géographie et d’Urbanisme à la Sorbonne, et une vingtaine d’année de Danse, je me décidais à suivre mon propre chant des sirènes, la Photographie.

1999, à mon retour d’une expatriation à Beyrouth, je me lance dans la grande aventure. Je travaille très vite pour des agences de mannequins, des écoles de théâtre et j’assiste quelques photographes notamment Raul Diaz en 2000 qui m’apprend le moyen format (Hasselblad) et l’image de mode.

2002, je décroche mes premiers contrats, les campagnes Kana beach et Ernst and Young qui me permettent d’enchaîner des travaux de commande en studio. En parallèle je travaille pour la presse notamment pour A Nous Paris avec l’iconographe Souad Meshta qui dédie de vraies productions aux travaux de photographie. Je signe alors la plupart des couvertures du magazine et beaucoup d’illustrations pendant deux années.

L’image du réel me fascine, je travaille à une image engagée, je suis faite pour le terrain, mais la réalité me tourmente. J’ai besoin de m’échapper, je décide de me rapprocher de mon monde, celui de la Danse, des Arts et du Spectacle. Le Théâtre, le Cinéma, la Danse, la Musique, toutes ces formes d’Art s’ouvrent à moi.

L’heure est venue de renouer avec la scène, les planches, les coulisses. Je travaille sur de nombreux événements, Porto Latino, le Cabaret Frappé, les Qwartz Music Awards, pour des compagnies, des théâtres, le Théâtre Rive Gauche, la Compagnie Reunited Nowhere de Sakurako San, Les Souterraines d’Isabelle Suray. Le cinéma m’invite aussi sur des tournages pour France 2 et France 3. En coulisses, des artistes font appel à moi pour des séances de portraits. Je trouve le moyen d’exprimer ma sensibilité envers le vivant.

Le travail du portrait m’emmène peu à peu vers l’introspection, vers une œuvre plus personnelle.

Quand en 2008 je pars en Inde travailler sur le sujet des orphelins du golfe du Bengale, le portrait d’observation devient alors omniprésent. Mon image commence à se nourrir de maturité. Je regarde mes modèles dans les yeux. Peu à peu j’acquiers une autre vision du monde ; celle de l’humanité qui se tisse entre les franges du réel et de l’irrationnel. Un thème déjà en partie exploré via mon travail sur le Buto avec Sakurako San. L’humain m’ouvre alors les portes de l’étrangeté.

De cette exploration du vivant naît une première série de portraits « Strange Soul », que je finalise en vue d’une exposition prochaine.

Explorer ce qui est pour mieux appréhender ce qui peut être. Depuis l’Inde je parcours le monde à la rencontre des peuples premiers, enracinés dans une réalité millénaire. Les Ainous du Japon, Les Samis de Laponie Finlandaise, Les Iroquois du Canada, et bientôt les peuples d’Ecosse, d’Alaska, de Russie…

Observer les gardiens des cieux blancs et immaculés du réel pour mieux descendre les pentes obscurs de l’irrationnel. L’image est un jeu de miroir que je me plais à essayer de détourner. »

DANSE TA VIE

« Danser sa vie, ou comment transposer le réel en un adage fait de gestes et de souffles.

Photographier cet adage fait de gestes et de souffles est à mes yeux l’action la plus enthousiasmante tant elle requiert cette ouverture d’esprit semblable à celle de l’explorateur qui accoste en terre inconnue. Pour la plupart d’entre nous, la planète Danse est une des voies qui mènent vers l’inconnu, en réalité je la connais bien, dès l’âge de trois ans je balbutiais mes premiers entrechats.

20 ans de Danse Classique, de Conservatoire, et de scène, mais aussi de Danse de caractère, de Danse contemporaine, de Danse moderne, de Jazz, de Salsa, de Tango Argentin, autant de disciplines qui durant toutes ces années m’ont permis d’explorer les contraintes et l’espace de liberté que la Danse peut procurer au corps et à l’esprit, comme toute forme d’art, comme la photographie.

Je suis donc passée tout naturellement de la danse à la photographie, je me suis assise et j’ai observé.

Le Spectacle a toujours fait partie de moi, c’est un refuge dont je connais le langage, les enjeux et les instants de grâce qu’il génère. Le spectacle m’émeut au plus profond. Aussi je souhaite faire plus que donner à voir, je désire transcender sans humilité ce spectacle qui se déroule sous nos yeux. Explorer les univers de création, mais aussi le champ des possibles via le travail de l’image. Non pas une transformation numérique mais un montage, une juxtaposition, à l’instar de Khaldei par exemple.

Comme un artiste sur le point de monter sur scène, j’ai aussi le trac. Je dois être prête. Je dois rester concentrée de manière à immortaliser le mouvement au plus fort de sa respiration, l’intention au plus juste de son expression, la mise en scène dans ses moindres détails, tout en me laissant portée par mes émotions afin de libérer la poésie qui s’exprime dans l’instant…

Je présente donc ici une seconde métamorphose de cette transposition du réel, quelques visions oniriques du spectacle vivant dans ce qu’il peut avoir pour moi de plus inattendu et extrapolé.

Ainsi, par le biais du montage, de l’accumulation, du jeu des formes et des lignes, par la superposition des mouvements, le choc des intentions, je vous propose un nouveau voyage. »

Orélie Grimaldi

Photographe

Auteur Membre de la SAIF

oreliegrimaldiphoto@gmail.com

www.oreliegrimaldi.com

  • Duc TRUONG :

Mon attrait pour la photographie de danse

https://1.bp.blogspot.com/-RiG7pn6Ty3s/Wx0CbassT_I/AAAAAAAAJ6w/ijwuHkkK5wwD1_y6DReUb2j1GsUwr3prwCLcBGAs/s320/Duc.jpg

« J’allais, il y a bien longtemps, voir des spectacles dans des salles comme au Théâtre de la Ville (Pina Bausch, Sankai Juku, Carolyn Carlson, Ea Sola …), mais généralement, on ne peut pas y photographier. Je peux dire que j’ai « découvert » la photographie de danse, grâce au festival (en plein air)  Entrez dans la danse, Fête de la danse en 2008 auquel j’assistais pour la première fois. J’avais apprécié (et je continue) le fait de pouvoir photographier librement les artistes, de pouvoir me déplacer à peu près librement, mais aussi, la participation active du public à certains moments. Parallèlement à cela, j’ai aussi commencé à prendre beaucoup de photos de spectacles culturels asiatiques en salle sur Paris. »

La photo de danse fige une image par nature mouvante. Ce qui m’intéresse ce n’est pas de figer obligatoirement le geste (techniquement ou esthétiquement) parfait du danseur, mais, de photographier le petit moment de relâchement ou d’immobilité relative du danseur en fin de course de son geste, une expression du corps ou du visage fugitive et non totalement contrôlée, et, par cela, créer une vraie émotion.

En intérieur, les lumières sont difficiles à gérer pour le photographe, sa place fixe, généralement assise réduit la liberté de champ visuel. Etre discret n’est pas simple excepté si on a un boitier totalement silencieux. Il y a quelques années, à cause du bruit numérique à hauts ISO, je ne photographiais qu’avec des objectifs très lumineux et sur des instants où le mouvement était à peu près figé. Les dernières générations d’appareils ont fait beaucoup de progrès et rendent la vie plus facile pour le photographe de spectacles vivants en salle de spectacle.

En extérieur, Il faut aussi apprendre à évoluer sans déranger le public et les interprètes quand on se déplace, savoir composer avec l’arrière-plan (que ce soit le public, un bout de mur en béton, des immeubles …), mais, il y a moins de contraintes techniques pour moi.

Je constate qu’il y a très peu de photographes vraiment spécialisés dans la  danse, ils couvrent essentiellement des compagnies plutôt reconnues se produisant dans des grandes salles… Pour moi, il est important de montrer également des compagnies moins connues professionnelles ou semi-pro voire amateurs qui se produisent dans des festivals en extérieur comme Entrez Dans La Danse, Fête de la danse et qui se réapproprient l’espace urbain de la ville ou un parc pour se produire. C’est aussi cela documenter la danse d’aujourd’hui et sa diversité pour la faire connaitre à un public qui n’irait peut être pas dans une grande salle pour en voir. Comme tendances, je vois de plus en plus d’anciens danseurs qui se mettent (avec succès) à la photo de danse, leur expérience et sensibilité de danseur facilitant grandement la prise de vue au « bon moment »  et je constate également la progression du format vidéo comme support de création et d’expression de la danse dans une forme un peu renouvelée par rapport à ce qui se faisait, il y a plusieurs années   :  voir par exemple sur https://vimeo.com/channels/lecorpsdelaville , www.alabriqueterie.com/fr/les-plateaux/web-tv-le-quotidien-des-plateaux.html , www.uneminutededanseparjour.com , www.allwecando.net  …, les vidéos sur www.numeridanse.tv  étant pour la plupart plus « classiques ».

Duc Truong

Photographe de spectacles vivants et de reportage

http://duct.crevado.com/

Lieu de l’exposition :

Centre Paris Anim’Bercy – 51, rue François Truffaut 75012 Paris – Métro : Cour Saint-Emilion (ligne 14)

Vélib’ Station N° 12033, face 28 rue francois truffaut – Station N° 12110, 57 – Station N° 12031, 49 rue gabriel lame

http://www.claje.asso.fr/bercy-infos-pratiques 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.