Jeudi 28 mars 2019 de 17h à 18h30, séminaire avec Marie de Rugy, auteure du livre « AUX CONFINS DES EMPIRES Cartes et constructions territoriales dans le nord de la péninsule Indochinoise (1885-1914) » par la Section des Études vietnamiennes (UPD – Inalco) à l’Université Paris Diderot (Paris 13e)

La Section des Études vietnamiennes (UPD – Inalco) vous invite à son séminaire « Actualité de la Recherche », avec Marie de Rugy, historienne, post-doctorante à l’Université de Cambridge, à l’occasion de la publication de son ouvrage « Aux confins des empires, Cartes et constructions territoriales dans le nord de la péninsule Indochinoise (1885-1914 »), 2018, Éditions de la Sorbonne, 312 p.

Elle présentera son travail et les coulisses de l’écriture de son livre le jeudi 28 mars 2019, de 17h à 18h30, dans la salle 165 E (Halle aux farines) de l’Université Paris Diderot.

Séminaire d’actualité scientifique ouvert à tous, merci de réserver un accueil chaleureux par votre présence à notre invitée ! L’affiche est en pièce-jointe :

http://www.mcfv.eu/wp-content/uploads/2019/03/Marie_de_Rugy_28mars2019.pdf

Contact : miarie.gibert@univ-paris-diderot.fr

-Lieu du séminaire :

Salle 165 E – Halle aux farines – Université Paris Diderot – 10, 16 rue Françoise Dolto 75013 Paris

Métro (L14)  / RER C / Tramway T3a, Avenue de France  / Bus 89, 62, 64, 325 : station ‘Bibliothèque François Mitterrand’

Parkings payants : – ‘Grands Moulins’ : 31, rue Thomas Mann + rue Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé (à côté du restaurant ‘Hippopotamus’) ; – ‘Monoprix Tolbiac’ (104 Avenue de France) : entrée parking rue Primo Lévi – ouvert de 9h à 21h 30

Ouvert à tous !

-Pour plus d’informations sur l’ouvrage (description par les éditions Sorbonne) :

Au milieu des années 1880, les marges septentrionales de la péninsule Indochinoise sont soumises à une double conquête coloniale, celle de l’Annam et du Tonkin par les Français, et celle de la Haute-Birmanie par les Britanniques. Aux explorations fluviales s’ajoutent la délimitation des frontières et la cartographie régulière des territoires sous l’égide des différents services géographiques. Diplomates chinois, siamois et européens négocient dans les capitales et dans les montagnes, sous la tente. Topographes européens et indiens arpentent les routes et les sentiers pour lever les itinéraires et mesurer l’espace. Ils s’enquièrent auprès des habitants du juste toponyme, collectent et font traduire des cartes autochtones, interrogent leurs guides, les chefs locaux et les marchands venus de Chine.

Ce livre retrace les politiques institutionnelles, les pratiques de terrain et les constructions territoriales qui en découlent. Par une étude croisée de la cartographie dans ces espaces, il met en lumière le statut central d’un territoire spatialement périphérique, à propos duquel on a pu parler d’une « géographie de l’ignorance ». À rebours de quelques idées reçues, il montre que les cartes ont un pouvoir limité, même en contexte colonial, si l’on accepte de dépasser les discours pour observer les modalités de leur production et leurs différents usages.

http://www.editions-sorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100993790

https://journals.openedition.org/lectures/28163

-Pour plus d’informations sur Marie de Rugy :

http://sirice.eu/membre/marie-de-rugy

https://ehne.fr/auteur/marie-de-rugy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.